INDE

Huiles sur toile

Pastels

Aquarelles

1993: Ladakh et Rajasthan

Ancien royaume himalayen indépendant, envahi par le Cachemire en 1834, le Ladakh s'est retrouvé intégré à l'union indienne à l'Indépendance de l'Inde en 1947. Rien à voir pourtant entre ce désert minéral et les plaines surchauffées de l'Inde. La culture du Ladakh est tibétaine, de même que les visages, les croyances, et... la nourriture: momos et thé salé à la farine d'orge. Je n'ai jamais été si près des étoiles qu'au cours du trek effectué au départ du monastère de Lamayuru. Des cols à 5000 mètres à passer difficilement, alors que nous suivait allègrement un couple de charbonniers en route pour vendre leur marchandise au village voisin...à trois jours de marche. La vie est rude au Laddakh. 

L'hiver, il y fait -30°C avec pour seul chauffage, la chaleur des animaux et un feu de bouses de yack. Malgré ou peut-être grâce à la rudesse de leur vie,  les gens y sont souriants, enjoués et d'une extrême tolérance. En cours de marche, nous dégustons de la bière d'orge dans une famille et du thé salé au beurre de yack avec des bergers au sommet d'un col. 

 

Certains monastères se méritent comme le gompa de Rizong: une heure de marche dans la rocaille et sous le soleil pour y parvenir, mais quelle paix on y reçoit... 

Après le Ladakh, je fais un périple en solo à travers le Rajhastan à la découverte de Pushkar, Jaïpur et bien sur Agra et le mystique Taj Mahal

2011: Inde du Nord

Retour en Inde 18 ans plus tard mais cette fois ci mon fils m'accompagne. Toujours ce même choc face à la foule, aux bruits, à la moiteur. Ce même émerveillement devant des palais grandioses, des temples remplis d'offrandes, des saris multicolores. L'inde est a la fois fascinante et exaspérante. On s'y perd, on s'y retrouve, on y fait des rencontre magnifiques. Je n'ai pas mangé de viande pendant 3 semaines (parce que la viande est interdite dans les villes sacrées), j'ai perdu des litres d'eau (38 ° et 98% d'humidité), j'ai eu la bouche en feu (bonjour le piment) , j'ai trempé mes pieds (que les pieds faut pas exagérer quand même ) dans le Gange; je suis restée plantée à 3 h du matin sous la pluie au milieu de nul part parce mon bus s'est enlisé dans le fossé (plus de peur que de mal) j'ai faillit me faire écraser les pieds 100 fois par un rikshaw, j'ai marché dans je sais pas combien de bouses de vache (je sais ça porte chance) et je suis revenue, la tête pleine de souvenirs et des images pleins les yeux. Un périple de 6 semaines à travers l'Inde du Nord. Nous avons parcouru le Rajasthan (Jodhpur, Pushkar, Udaipur, Bundi), sommes allés dans les hauteurs vers Dharamsala en passant par Rishikech et Haidwar, puis redescendu dans la moiteur de la ville sacrée de Varanassi (ex Bénares). 

2012: Inde du Sud

 L'Inde est si vaste. Cette fois-ci, cap sur le Sud. A partir de Bombay, nous ferons 3000 km en bus et en train. Tout d'abord Goa, un état tout petit mais connu en raison des hippies qui l'ont investi dans les années 70 remplacés maintenant par les amateurs de trance et de rave. En période de mousson, c'est plutôt calme et nous profitons de la plage de cocotiers sans le bruit et l'agitation qui sévissent en saison sèche.Ensuite le Karnataka avec la visite de Hampi, vieille cité antique dans un cadre merveilleux où nous auront la joie d'assister à une fête dédiée au Dieu singe Hanuman.

Le Kerala nous séduit, que cela soit Cochin, les backwaters ou le magnifique site de Varkala. Premier état communiste de l'Inde, le développement social est ici un modèle. Tous les enfants sont scolarisés et les infrastructures de santé sont gratuites. Nous poussons jusqu'à l'extrême pointe sud, cap Comorin ou Kaniakumari, l'endroit où on peut voir le soleil se lever et se coucher, lieu ou se mélangent 3 mers. Nous remontons ensuite par la côte Est via Pondichéry, dans le Tamil Nadu, Mamalapuramam au bord de la mer, Tiruvanamalai et son pélerinage de la pleine lune autour du mont Arunachala...

 

 


LIRE POUR REVER:

"Cette nuit la liberté" de D. Lapierre et L.Collins

"Lama"de F. Hyde Chambers

BD : "Le berceau du Bodhisattva"  de  Cosey