Afrique

voyage Afrique, peinture d' artiste

 Berceau de l'humanité, l'Afrique est aussi le continent qui m'a vu naître. Mon enfance a été bercée par le chant du muezzin et les vagues de l'océan Atlantique, aux portes du Sahara. Longtemps source unique de mon inspiration artistique, les couleurs et la lumière du Maroc restent gravées dans mon cœur à jamais. 

Dès que j'en ai eu la possibilité, j'ai traversé le désert à la rencontre de l'Afrique noire dont l'empreinte est bien présente au Maghreb, héritage des caravanes et des migrations transsahariennes.

 

Mes pas m'ont d'abord portés vers l'Afrique de l'Ouest, exubérante, riche en rencontres et en partages. Le Mali en 1997 et ensuite  le Niger, le Burkina, le Sénégal.

 

 Plus tard, l'Afrique de l'Est m'a permis d'entrevoir un autre aspect de ce continent multiple. La beauté des éthiopiens dont le pays se trouve au cœur de l'histoire de l'humanité, la complexité  de la  culture malgache, mixage des différents peuples qui ont abordé l'île, le Rwanda, pays meurtri mais capable de résilience...

 

Le voyage c'est aller de soi à soi en passant par les autres

 

 proverbe touareg

Carnets de route

Entrez dans les fenêtres pour voir les tableaux

1997 MAURITANIE-MALI-SENEGAL

Descente en voiture direction le Mali pour un périple de 3 mois. 

Bien loin culturellement de  mon Maroc natal, l'Afrique noire me captive et m'envoûte.

 L'arrivée au Mali est un vrai bonheur après quelques incidents pas très sympas en Mauritanie. Beaucoup de pistes pour arriver a Kayes, on se perd un peu mais après tant de sable et de poussière, nous voilà enfin en Afrique, celle que je ne connais pas encore, celle que je rêvais de rencontrer, avec ses marchés pleins de couleurs et d'odeurs; ses enfants rieurs qui vous touchent en s'exclamant "toubab! toubab!", ses mamas qui font restaurant de trottoir, ses voitures rafistolées avec des bouts de fil de fer, ses hommes et ses femmes sans complexe ni fausse pudeur qui se baignent nus dans le fleuve.

Au détour d'une place,  des musiciens  font se trémousser des danseuses au pagne relevé bien haut. Les vieillards regardent le temps passer. Des inconnus souriants nous gratifie  d'un "bonjour! Ca va?... et parfois nous invitent à partager les trois verres de thé dans la rue, à même le trottoir.

De Kayes, il nous faudra trois jours de piste pour arriver à Bamako. La route  est en construction.  Que de rencontres, que de gens accueillants malgré leur extrême pauvreté... Nous poursuivons vers Ségou, Djenné, Mopti, et le pays Dogon.

Je m'envole ensuite vers la Casamance au Sénégal où je profite de la mer et  de ballades en pirogue dans les bolongs. 

 

 2004 BURKINA FASO -NIGER

Descente en avion jusqu'à Ouagadougou puis périple en bus a travers le Burkina et enfin en voiture jusqu'à Agades où nous retrouvons notre ami touareg Ahilek.  Mon fils de 9 ans m'accompagne et découvre avec nous la richesse et la dureté de la vie des nomades du désert en passant quelques jours dans le village nomade d'Injitane.

 

2007: Je ne peux résister au désir de repartir vers l'Afrique et c'est le Sénégal qui cette fois ci nous accueille. Mon fils a maintenant 12 ans et nous partons pour la première fois tous les deux. Une semaine entre mer et fleuve sur la presque île de Palmarin, puis Saint Louis du Sénégal avec un passage de quelques jours par Gorée. Nous redescendons ensuite dans le Sine Saloum pour passer une semaine dans le petit village de Toubacouta, au milieu des mangroves. Tintin un ami de rencontre au surnom improbable nous prendra sous son aile et mon fils découvre grâce a lui l’apprentissage du djembé et les ballades en pirogue dans les bolong du Saloum.

 

2019:  CAP VERT

Un ami guide me propose de découvrir ce petit archipel au large du Sénégal. Deux semaines c'est court alors je me restreint à  deux iles: Mindelo (qui vit naitre Césaria Evora) car  le carnaval y bat son plein pendant mon séjour, et Santo Antao pour une découverte du cap vert profond, sur des chemins de randonnée escarpés entre dégustation de rhum et belles rencontres.

 

 

 

2016 MADAGASCAR

Depuis longtemps, Madagascar était un rêve de voyage: une nature unique au monde avec plus de 80% d’espèces endémiques, une mosaïque de peuples mêlant Afrique et Asie, des paysages allant de la plage tropicale à la savane africaine en passant par des hauts plateaux montagneux, des fragrances, des épices... La réalité était a la hauteur de mes rêves avec pour bémol le constat d'une grande pauvreté et d'un désastre écologique.

Délaissant les plages du Nord, un périple de 6 semaines nous mènera sur les hauts plateaux du centre de l'île. D' Antananarivo la capitale à Ambositra en passant par Antsirabe, le massif de l'Andringitra et le pays Zafimaniry. 

Nous nous déplaçons en taxi brousse, serrés comme des sardines. Avec un sourire, une paysanne nous dira "vous voyagez comme nous, c'est le meilleur moyen de découvrir notre pays" 

De Morondavia à Belo sur mer nous expérimentons un  moyen de déplacement pas très rassurant:  une demi journées  en pirogue à balancier, sur le canal du Mozambique.  

  

2016 ETHIOPIE

Au Nord de l'Ethiopie, l'ancienne Abyssinie reste un îlot chrétien orthodoxe  en terre d'Afrique.

Si les églises excavées de Lalibela sont aménagées pour le confort du touriste , celles du Tigray, perchées dans la montagne se méritent. Il faut plusieurs heures de marche et parfois des passages d'escalade pour les atteindre.

Beaucoup d'hommes et de femmes se distinguent par leurs traits fin et une allure racée.  La fête du Timket, l'épiphanie orthodoxe, à Gondar nous permettra de contempler les costumes de fête traditionnels et les magnifiques coiffures des femmes.

Question nourriture, on est loin de la gastronomie. Le plat traditionnel, l'injera, une sorte de crêpe faite de farine de teff agrémentée de préparations plus ou moins diversifiées selon les moyens de la famille m'a laissée un peu dubitative.

Nous séjournons quelques jours dans un village où notre hébergement consiste en une chambre rudimentaire située près de l'enclos du mouton. L'eau est acheminée depuis la rivière et entreposée dans des bidons. Dans ces conditions, le simple fait de se laver les mains est une entreprise compliquée, oublions la douche! Notre  régime consistera en une  injera sauce lentille pendant 4 jours.

Une randonnée d'une semaine dans  le parc national du Simien, nous fera découvrir des paysages spectaculaires avec des précipices atteignant jusqu'à 1500 m de profondeur. Nous croiseront la route de nombreux babouins geladas et de quelques bouquetin d'Abyssinie, deux espèces  endémiques de ces montagnes. 

Les villages y sont extrêmement pauvres. A de nombreuses reprise, des gens nous ont demandé des soins pour des plaies qui nécessiteraient une hospitalisation. Nous n'avons pu que leur donner de quoi rejoindre la ville la plus proche afin de consulter dans le dispensaire local. 

2019 RWANDA

Le Rwanda est malheureusement connu pour la tragédie qui l'a touché en 1994: le massacre de sa population tutsi. Petit voisin du géant Congo, le "pays des milles collines" est pourtant actuellement un des pays les plus sur d'Afrique, surtout pour une femme voyageant seule. 

Si la période où j'y suis allée n'était pas idéale: saison des pluies et semaine de commémoration du génocide, en contrepartie  j'y ai croisé très peu de touristes occidentaux durant les 3 semaines où j'ai parcouru le pays. 

Pays essentiellement agricole, le Rwanda m'a étonnée par sa capacité à rebondir. Ici, l’environnement est à l'honneur, aucune ordure au sol et de nombreux parcs nationaux pour protéger la nature. Les enfants sont majoritairement scolarisés, le système de santé couvre toute la population et le pays se classe dans les premiers d'Afrique dans la lutte contre la corruption.  Je ne suis pas naïve au point de croire que tout est  parfait, mais par rapport à d'autres pays d'Afrique que j'ai pu visiter, le Rwanda détonne dans le bon sens.

Un bémol cependant, la démographie galopante et le peu de terre disponible pour une population qui vit essentiellement d'agriculture, risquent à court terme de poser de gros problèmes au pays.

Le  Rwanda a fait un gros travail de réconciliation nationale pour éviter que la  tragédie se reproduise. Les appellations  de tutsi et Hutu ont été bannies du langage,  2 millions de personnes ont été jugées par des tribunaux populaires, les gacacas et chaque village a son mémorial. Une fois par an durant une semaine , le pays s'oblige à un travail de commémoration où la présence de tous est obligatoire.

Peindre le Maroc représente bien plus pour moi que le seul plaisir de traduire sur la toile ou le papier des scènes de vie "exotiques".

Peindre le Maroc c'est replonger dans mon enfance et mon adolescence; c'est établir une passerelle entre le pays de ma naissance qui m'a imprégné et le pays où je vis maintenant.

Peindre le Maroc, c'est rendre hommage à la beauté de ses paysages malgré la distance, c'est sentir le sel de la mer, la brûlure du soleil, l'odeur mélangée d'épices et de légumes des souks, la nostalgie des murs de terre croulants sous le temps, l'effervescence des foules qui ont fait de la rue leur lieu de rencontre et de vie...

Le Maroc me manque, et quand il me manque trop, je le rêve en peinture